jeudi 3 décembre 2015

Rencontres kenyanes pendant ma visite au Bourget pendant la COP21

Cap sur le site officiel


Décidée à quitter PlaceToB pour un moment, direction le Bourget avec Marie. Une fois rendues sur le site officiel, Marie est partie de son côté récolter de quoi raconter des histoires d’Océan, de Mont-Blanc, de berger ladakhi, et je me retrouvai seule et un peu dépitée au Bourget, dans cet univers concentrationnaire high-tech.


Discrimination


un plan bien trop incliné pour un fauteuil
Un scandaleux moment d’inhumanité d’ailleurs, avec une collègue journaliste en fauteuil (non électrique) qui cherchait désespérément depuis des heures comment rejoindre le pavillon de génération climat à plusieurs centaines de mètres de là (les déplacements sous haute sécurité sont compliqués). Ce n’est qu’une fois en rage et en pleurs qu’un homme de la sécurité a bien voulu l’emmener pour “tenter de trouver une solution”. Elle se sentait humiliée et, disait-elle, son handicap lui revenait à la figure alors qu’elle venait simplement faire son travail.




Des rencontres plus heureuses :


J’ai pu filmer Ségolène Royal toujours sympathique et qui aime les rencontres improvisées.
Puis j'ai décidé de rejoindre Marie. Le soleil brillait. Sous les piliers décorés des drapeaux des pays participants, je me suis dirigée vers des Massaï que je venais de photographier, les trouvant beaux. Nous avons passé pas mal de temps ensemble mais en résumé, i
ls portent depuis des années dans les Cop la voix de tous les peuples autochtones. Une équipe de journalistes kenyans, leurs compatriotes, allaient les interviewer lorsqu’ils se sont servis de notre rencontre. Je raconterai ailleursIl est déjà tard et je n’ai plus le jus nécessaire pour écrire ma journée,  je vais donc partager quelques photos.








Blogueurs en batterie




les drapeaux des nations



ma première expérience de réalité virtuelle, émouvante,
pour promouvoir la reforestation de zones désertiques



Les Champs-Elysées



business ?



business




Rencontre avec deux Massaï, qui tourne en interview pour une équipe de reporters kenyans


Avec Dan Sapit et Kimaren Riamit

Les entendre parler de leur cause était passionnant : de la forêt kenyane, de leur tradition pastorale et des connaissances médicales que possèdent les peuples autochtones. 

Il faut gagner cette négociation climatique, et apprendre des indigènes. Ce qu’ils connaissent de la nature est précieux pour l’humanité toute entière, il est alors urgent de les écouter !



2 commentaires:

  1. ce doit être passionnant, intéressant, prometteur !!

    RépondreSupprimer
  2. ce doit être passionnant, intéressant, prometteur !!

    RépondreSupprimer